Aller au contenu

10 tendances marketing à observer en 2024 pour tirer son épingle du jeu

Épisodes 003 et 004 du balado des entreprises ambitieuses qui n’ont pas de département marketing

Dans un univers entrepreneurial en constante évolution et où tout est marketing (on se souvient du premier épisode – Le manifeste), se tenir au courant des dernières tendances est plus qu’une nécessité, c’est une stratégie de survie.

Dans cet épisode de « J’aime ta compagnie » décliné en deux parties nous mettons en lumière comment il est possible en tant qu’entrepreneur et gestionnaire d’organisation sans département marketing de tirer son épingle du jeu dans un contexte sociétal en pleine mutation. 

Pourquoi s’intéresser aux 10 tendances marketing de 2024?

  • Pour mieux anticiper les mouvements et comprendre comment tirer son épingle du jeu (pas besoin de faire un dessin que les années à venir seront turbulentes, nous serons témoins de profonds changements de société).
  • Pour mieux planifier ses investissements en temps, en argent et en énergie, dans des actions bien ancrées dans leur contexte.
  • Pour prendre le temps de s’inspirer ensemble à faire mieux.

Cet épisode n’est pas simplement une source d’information ; c’est une invitation à s’inspirer mutuellement, à apprendre ensemble, et à exceller dans un environnement qui demande rien de moins que notre meilleure version. 

Rejoignez-nous dans cette exploration passionnante des tendances de 2024, pour transformer les défis en opportunités et les incertitudes en plans d’action concrets.

Épisode 003 – Tendances marketing 2024 – Partie 1

Épisode 004 – Tendances marketing 2024 – Partie 2

1. Modernisation des pratiques de gestion des ressources humaines (GRH)

On a longtemps cru que ce qui sert l’entreprise et ce qui sert les individus qui la composent s’opposent. Mais c’est tout le contraire. Ce qui sert les individus qui composent l’entreprise finira inévitablement par servir les intérêts de l’entreprise.

La GRH est un élément important en développement des affaires pour attirer les talents dont on a besoin pour avancer. La pénurie de main-d’œuvre que l’on connaît depuis quelques années fera en sorte que les entreprises qui adopteront de meilleures pratiques RH sortiront gagnantes de la situation.

Des idées d’actions concrètes pour moderniser ses pratiques de GRH, pour une entreprise sans département marketing : 

  • Adopter une semaine de travail de 4 jours pour équilibrer vie professionnelle et personnelle.
  • Réduire les écarts de salaires entre les niveaux hiérarchiques.
  • Impliquer toute l’équipe dans les processus décisionnels.
  • Offrir à chacun et chacune des occasions d’exprimer leur vision et leurs besoins en mettant en place des plans de carrière personnalisés et des rencontres individuelles.

De telles initiatives ne profitent pas seulement aux employés en termes de satisfaction et de bien-être, tout le monde reconnaît sa contribution essentielle à la réussite de l’entreprise. 

C’est d’ailleurs sur ces idées que s’appuie la marque employeur de La Firme marketing.

2. Développer une marque forte

Développer une marque forte est plus crucial que jamais. On veut une marque puissante qui se distingue non seulement par sa visibilité, mais aussi par l’unicité de sa mission et la clarté de sa vision pour : 

  • Attirer et fidéliser notre clientèle idéale à moindre coût. Si elle s’identifie à la vision, à la mission et aux valeurs de l’organisation, consommer les produits et services de l’organisation aura plus de sens pour elle.
  • Attirer et fidéliser des collègues qui pourront contribuer à concrétiser cette vision qui les inspire, tout en respectant leurs valeurs profondes.
  • Attirer et fidéliser des partenaires stratégiques et des bailleurs de fonds qui voudront prendre part au mouvement. On ouvre ainsi la voie à des opportunités de croissance et de collaboration.

Des idées d’actions concrètes à poser, pour développer une marque forte, pour une entreprise sans département marketing : 

  • S’assurer de faire une veille concurrentielle en continu (nous avons justement un épisode entier à ce sujet 🤓).
  • Définir un positionnement unique, qui mobilise toute l’équipe.
  • Incarner ce positionnement sur chaque point de contact avec les clientèles cibles, comme son site web, ses réseaux sociaux, etc.

3. Faire face aux fermetures d’entreprises et d’organisation

Le remboursement au Canada du CUEC, les pénuries de main-d’œuvre, les difficultés d’approvisionnement, les taux d’intérêt et de nombreux autres enjeux font la vie dure aux entreprises et organisations. Même les OBNL voient une diminution de l’implication des bénévoles et des dons. 

La prochaine année sera cruciale : ça passe ou ça casse. 

Les entreprises qui seront stratégiques, qui sauront investir dans des actions à fort retour sur investissement (et s’ajuster en cours de route) vont prendre beaucoup de place. 

Des idées d’actions concrètes pour contourner ces obstacles, pour une entreprise sans département marketing : 

  • Planifier des priorités d’actions marketing précises qui permettront de développer l’entreprise et d’atteindre ses objectifs, sans s’éparpiller, s’épuiser et brûler des $.
  • Budgéter ces actions et s’assurer de se donner les moyens de ses ambitions, avec des objectifs de ventes qui vont financer le développement.
  • Tisser des relations serrées avec des partenaires stratégiques ou des conseillers en développement économique, pour qu’ils aident à investir dans le développement. 

Pour aller encore plus loin, si vous sentez que vous en êtes rendu à mieux planifier et budgéter votre développement, nous vous invitons à vous inscrire à notre défi Remarquables fondements : 5 décisions à prendre avant d’investir une piasse en marketing.

4. Collecter et utiliser nos données en provenance du premier cycle (first party data)

La collecte et l’utilisation efficace des données de premier cycle sont devenues des composantes essentielles du marketing. 

Contrairement aux données recueillies via des plateformes tierces (comme Facebook ou Google), les données de premier cycle sont collectées directement par l’entreprise (les adresses courriel ou les numéros de téléphone de nos clientèles que l’on possède). 

Pour avoir du contrôle sur ses actions marketing

Collecter ces données permet d’avoir du contrôle sur les moyens de communication avec nos clientèles actuelles et potentielles. Que faire si Facebook ferme demain (ou ferme votre compte, sans raison) et qu’il s’agissait du seul moyen que nous avions de communiquer avec nos clientèles?

Des idées d’actions concrètes pour collecter et utiliser les données en provenance du premier cycle, pour une entreprise sans département marketing : 

  • Collecter et archiver soigneusement les données de ses clientèles actuelles et potentielles.
  • Développer des actions de communication auprès des clientèles actuelles et potentielles basées sur ces données (par exemple, l’envoi d’une infolettre).
  • Penser à attirer des clientèles potentielles via différents outils gratuits (webinaires, présentations en boutique, défis, etc.). On collecte ainsi de la donnée pour être autonome par la suite dans la communication à ces clientèles potentielles. 
  • Se mettre à jour sur le plan de la loi 25 pour s’assurer de collecter et d’utiliser ces données de façon éthique. 

5. La démocratisation de l’intelligence artificielle (IA)

L’IA devient un outil de plus en plus accessible pour les entreprises de toutes les tailles. 

On propose de voir cet outil comme un collaborateur numérique pour augmenter la productivité de tâches telles que la rédaction de contenu, la structuration de projets et même la traduction. Plutôt que de le voir comme un concurrent. 

À La Firme, on priorise une utilisation de l’IA pour laquelle les coûts liés à cette tâche effectuée par une personne ne surpassent pas la valeur de l’action terminée. On continue d’investir auprès de graphistes, de rédacteurs, de traducteurs, quand la valeur ajoutée pour le projet justifie les investissements. 

Des idées d’utilisation concrètes de l’IA pour une entreprise sans département marketing

Voici comment nos collègues à La Firme utilisent l’intelligence artificielle au quotidien :

Marie-Michèle :

  • Écrire un courriel plus simplement, ou avec une autre émotion.
  • Faire traduire un courriel.
  • Rédiger les articles de blogues et les notes d’épisodes de notre balado. 

Rojo :

  • Trouver une structure pour les travaux de l’université.
  • Donner une meilleure tournure à mes phrases comme le français n’est pas ma langue maternelle.
  • Discuter de tout et de rien (chercher la meilleure coupe de cheveux selon la forme mon visage).

Katrina :

  • Rédiger une publication pour les réseaux sociaux.
  • Trouver des idées pour l’infolettre de La Firme.
  • Trouver des inspirations pour le menu de la semaine en fonction du contenu du frigo (et gagner du temps).

Il faut toutefois être prudent lorsqu’on utilise ces outils, notamment en ce qui concerne le plagiat. Le risque de s’éparpiller et de perdre beaucoup de temps et d’énergie à s’amuser sans en tirer de valeur est aussi bien présent.

6. Notoriété réinventée

Dans cette nouvelle ère de visibilité, la notoriété se réinvente. La loi C-18 canadienne a changé la donne, incitant les entreprises à explorer des alternatives aux publicités sur les plateformes comme Meta et Google. 

Cette tendance souligne l’importance de diversifier les stratégies de visibilité et d’explorer de nouveaux horizons publicitaires, comme la plateforme publicitaire lancée par Le Devoir

Cela met également en lumière une fatigue croissante envers la publicité intrusive, encourageant les entreprises à chercher des moyens plus intégrés et subtils pour connecter avec leur audience.

Il n’y pas plus d’entreprise ou d’organisation qui a les moyens de se tromper financièrement, quand vient le temps de se faire connaître. 

Des idées d’action concrètes pour réinventer sa notoriété, pour une entreprise sans département marketing

  • Ne pas s’éparpiller sur les réseaux sociaux. Choisissez une ou des plateformes où se trouvent vos clientèles idéales et potentielles, les employés idéaux et potentiels ainsi que les partenaires stratégiques. 
  • Ne pas se laisser tenter ou distraire par le lancement d’une nouvelle plateforme (Threads par exemple). Observez d’abord si l’intérêt se concrétise pour vrai. Même si ça veut dire qu’on ne sera pas les premiers à mettre le pied sur cette plateforme. On n’a pas les moyens d’être partout.
  • Pour les entreprises qui investissent en publicité (payante) :
    • s’assurer que les visuels publicitaires incarnent l’unicité de la marque (revoir le point 2). Est-il possible de changer le logo sur la publicité pour celui d’un concurrent sans que ça ne paraisse? Si oui, ça veut dire que le visuel n’est pas assez représentatif de votre marque;
    • mesurer ses résultats clés (KPI), tous les débuts de mois. Ceux qui permettent de savoir si notre entreprise a ou non de l’oxygène (ventes, rencontres exploratoires, prospects, etc.). S’en tenir qu’aux résultats des plateformes ou du média ne donne pas assez de recul sur le réel impact des publicités.

7. L’intolérance au greenwashing (écoblanchiment)

Quand une marque met de l’avant des arguments écologiques qui ne tiennent pas la route ou qui ne servent qu’à vendre plus, sans réel intention derrière, on parle d’écoblanchiment. 

L’intolérance au greenwashing est plus prononcée que jamais. Les entreprises doivent être transparentes et sincères dans leurs démarches environnementales. Les consommateurs sont de plus en plus informés et critiques, obligeant les entreprises à adopter des pratiques réellement durables et non seulement pour l’image de marque.

Les enjeux liés aux changements climatiques ne peuvent plus être niés 

Les enjeux liés aux changements climatiques sont indéniables et les solutions sont l’affaire de tout le monde (même les entreprises qui n’ont pas de département marketing!). 

En 2024, le développement durable ne devrait plus être l’attribut d’une marque ou un élément de son positionnement. Tout le monde doit se mettre en action.

Des idées d’action concrètes pour faire partie de la solution et s’éloigner de l’écoblanchiment, pour une entreprise sans département marketing

  • S’intéresser aux organisations qui peuvent nous accompagner et nous offrir des subventions. Elles sont là pour nous aider à comprendre et calculer le poids de nos opérations sur l’environnement. Elles peuvent guider dans la prise de décision et les changements à apporter pour réduire notre empreinte.
  • Prendre le temps de réfléchir avant de passer à l’action. Être critique face à ses propres gestes. Rien ne sert de courir et il faut s’assurer de le faire pour les bonnes raisons (parce qu’on a véritablement envie de s’impliquer dans cette démarche).
  • Faire des choix qui minimisent l’empreinte des actions de l’entreprise sur l’environnement. Par exemple à La Firme :
    • Nous nous efforçons de faire la majorité de nos déplacements en transport actif ou en covoiturage.
    • Nous avons instauré la semaine de 4 jours ce qui donne plus de temps à l’équipe pour poser des gestes individuels ou faire du bénévolat. C’est aussi une journée de moins dans la semaine où on doit se déplacer, se connecter à nos outils numériques.
    • Les contenus vidéo de notre podcast ne seront jamais publiés en entier sur le web (même si ça serait plus payant).

8. Bâtir des marques plus humaines

L’humanisation des marques est devenue cruciale. Les consommateurs cherchent des interactions authentiques et significatives. 

C’est dans cet esprit, que les entreprises doivent chercher à établir de véritables connexions émotionnelles avec leur clientèle. Les tendances que l’on croyait fortes (comme les chatbots) ne plaisent pas aux consommateurs. 

En créant des liens forts avec nos clientèles, c’est ce qui assure de la stabilité dans des années de turbulences.

Des idées d’action concrètes, pour bâtir une marque plus humaine, pour une entreprise sans département marketing

  • Donner accès à un service clientèle humain (on peut parler à quelqu’un). Ça représente des investissements importants pour les entreprises qui n’ont pas de département marketing. Sans avoir les systèmes des grandes entreprises, on peut penser à la possibilité de pouvoir appeler, écrire un courriel, passer par Messenger, etc. 
  • Créer des contenus qui n’ont pas besoin d’être léchés (n’ayez pas peur d’utiliser votre téléphone). On veut plus de vrai, sur chaque point de contact.
  • Faire preuve d’intégrité : ça veut dire qu’on assume quand on se trompe, qu’on s’excuse et qu’on présente nos plans d’ajustement pour que les erreurs ne se reproduisent plus. 

9. La simplification des entreprises

Quand on manque de ressources financières et d’employés pour développer l’entreprise, on écrème et on priorise les produits et services avec lesquels on excelle.

La simplification est une stratégie essentielle pour naviguer dans un environnement d’affaires complexe. Les entreprises doivent se concentrer sur ce qui fonctionne et éliminer les processus ou produits non rentables. Cela implique une réflexion critique sur les coûts et les bénéfices de chaque aspect de l’entreprise.

Des idées d’action concrètes, pour simplifier son entreprise, pour une entreprise sans département marketing

  • Calculer le coût de revient de chaque produit ou service. Laisser de côté ce qui n’assure pas la rentabilité de l’entreprise. Pour vous aider dans cette démarche, on propose de faire l’exercice du budget napkin inclus dans notre cours gratuit Remarquables fondements.
  • Calculer le coût de renonciation. Quand on disperse l’équipe sur plusieurs projets spéciaux, mais que le retour sur investissement n’y est pas, à quoi avons-nous renoncé pour (ne pas) y arriver?
  • Mieux connaître les intentions de chaque employé et investir avec ceux qui souhaitent apprendre, se réinventer, s’impliquer dans l’optimisation et le développement de l’entreprise. 

10. Investir en coaching, en mentorat et en thérapie

Enfin, l’investissement dans le coaching, le mentorat et la thérapie sera un facteur clé pour l’amélioration de l’intelligence émotionnelle au sein des entreprises. 

Les entreprises qui ont conscience de l’importance de cet investissement connaissent l’importance du bien-être des employés et de son impact direct sur la performance de l’entreprise. Même si c’est moins tangible à court terme.

L’énergie donne de l’énergie

L’énergie des troupes est contagieuse. Les équipes fortes et épanouies au travail (et dans leur vie personnelle) vont tirer davantage leur épingle du jeu dans l’avenir. 

Des idées d’action concrètes, pour investir en coaching, en mentorat et en thérapie, pour une entreprise sans département marketing

  • Commencer par traduire les objectifs et indicateurs de performance de l’équipe en objectifs et indicateurs de performance individuels. 
  • Discuter avec chaque membre des besoins de soutien en intelligence émotionnelle, pour qu’ils puissent développer leur leadership individuel et se présenter au bureau avec une énergie favorable à la réussite du groupe. 
  • Intégrer ces investissements au budget prévisionnel pour s’assurer de générer les revenus nécessaires pour les financer. 

Assurer des suivis auprès des individus, pour mesurer la satisfaction par rapport à leur démarche ainsi que les effets sur les indicateurs de performance qui leur sont attribués.

Ces 10 tendances offrent une vision claire des opportunités à saisir en 2024 pour le développement de nos entreprises ou de nos organisations. Dormez sur ces idées et, dans une semaine, consultez-les à nouveau ou écoutez les épisodes pour identifier au moins une action à intégrer à votre plan d’action annuel.

Bonne année 2024!

Pour aller plus loin dès aujourd’hui :

  1. Inspirez-vous de notre méthode de stratégie marketing basée sur le parcours client : https://lafirme.marketing/finis-les-essais-et-erreurs-faites-de-la-place-pour-la-strategie-marketing-basee-sur-le-parcours-client/
  2. Inscrivez-vous à notre défi gratuit Remarquables fondements : 5 décisions à prendre avant d’investir une piasse en marketing : https://la-firme-marketing.mykajabi.com/remarquables-fondements1

L’équipe de La Firme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *